L’EGPE – Notre histoire

1994- 2021

27 ans d’histoire

1994: Création de l’EGPE par Marie-Françoise Fuchs

Marie- Françoise Fuchs, médecin psychothérapeute, avec plus de 20 ans d’expérience à l’École des Parents, passionnée par ce qui touche à la famille, découvre lors d’un colloque qu’il n’existe ni étude ni recherche engagée sur le rôle essentiel des grands-parents dans la famille et la société, rôle que la presse méconnaît totalement.

Ce constat est un « détonateur » et avec son amie Annick Bérès, graphologue, elles décident de créer une Ecole des Grands-Parents Européens pour et avec les grands-parents, selon les principes de l’Ecole des Parents.

Elle en devient Présidente, Annick Bérès est Secrétaire Générale, encouragées toutes deux par les membres fondateurs : Brigitte Camdessus, France Estrosi, Monique Guyard, Martine Gruère et Jean-Roland Moreau, président d’honneur.

  • Lancement de l’EGPE en septembre 1994 pour faciliter, optimiser et faire reconnaître le rôle des grands-parents dans la famille et la société. Un court article de la revue Notre Temps sur l’E.G.P.E. rencontre un large écho.
  • Premières activités petits-enfants / grands-parents organisées par Monica Burckhardt. La presse, friande de ces sujets, sollicite très souvent l’EGPE pour des reportages.
  • Soutien aux grands-parents en difficulté. Ces besoins étant sous-estimés à la création de l’E.G.P.E, des grands-parents bénévoles – psychologues, juristes, pédagogues, formateurs,… réfléchissent à la nécessité de mettre en place des actions pour répondre à ces appels : soutien individuel, groupes de paroles, stages de formation, publications, colloques, … qui seront progressivement organisées.
  • Le prix de lecture Enfants / Grands-Parents est créé à l’initiative d’une jeune maman, Sophie TOPALIAN, puis développé par Michèle Martin pour réunir grands-parents et petits-enfants dans une activité de lecture alternée, à haute voix. Il s’agit de voter pour désigner un gagnant parmi 3 livres en concours. Ce prix deviendra ensuite le « Prix de la Lecture à deux voix ».

1996

Premier colloque de l’EGPE: « La force du lien »

  • Une ligne téléphonique est ouverte à l’occasion du colloque, avec le soutien de la Fondation UAP et de l’Ecole des Parents et des Educateurs Ile de France.
  • Ouverture des premières « antennes » de l’EGPE : Nice, Lille, Lyon, Perpignan, Châtellerault, Colombes
  • Diffusion de la première LETTRE de l’EGPE

1999-2001

Création de la ligne d’écoute « Allo Grands-Parents » : des bénévoles écoutants sont formés à cette fonction à l’E.G.P.E. Des ateliers d’écoute et d’échanges, mis en place sous la responsabilité de Marie-Claire Chain, permettent aux grands-parents de réfléchir plus sereinement à leurs difficultés et de créer des liens.

2002

  • « Grands-parents et lien social » 3ème colloque
  • L’UNION des Ecoles de Grands-Parents Européens – domiciliée à PARIS, 12 rue Chomel, est créée par Marie-Françoise Fuchs. Elle en assure la co-présidence avec Jeanne-Marie Hebbinkhuis.
  • L’EGPE fondatrice devient alors EGPE PARIS Ile de France. Notre site internet voit le jour. 

2003-2004

  • Forum européen: « L’avenir dépend aussi des plus de 55 ans »

Forum04_actes

  • Marie-Françoise Fuchs est remplacée en décembre 2004 par Jacqueline Wolfrom, ancienne présidente fondatrice du CICOS
  • « Tricotez pour les bébés », action intergénérationnelle par excellence, conçue et mise en place par Monica Burckhardt, obtient un succès extraordinaire. Cette activité deviendra « Tricotez cœur »

2005-2013

  • Yves Boutonnat, fondateur et directeur général du CIDIL, homme de marketing et de communication, est élu président de l’EGPE en décembre 2005.
  • L’année 2006 marque le point de départ d’une série d’actions, notamment en matière d’éditions et de relations presse, pour accroître le nombre d’adhésions, l’engagement de bénévoles et l’augmentation des ressources budgétaires.

2007

  • Edition d’un dépliant de présentation de l’EGPE.
  • Le site www.allo-grandsparents.fr et www.egpe.org est mis en ligne en juin 2007
  • Le colloque « Vieillir et devenir » est organisé les 26 et 27 mars 2007 au Ministère de la Santé.
  • Transformation de l’Union des EGPE en Fédération des EGPE.

2008

  • Le Journal de l’EGPE permet une diffusion allant de 3.000 à 5.000 exemplaires.
  • Le thème de l’assemblée générale porte sur les aspects sociologiques et psychologiques de l’adolescence des petits-enfants.

2009

  • Lancement de « La Lettre de l’EGPE » assurée bimestriellement par Bernadette Alambret. Elle est diffusée aux adhérents, journalistes, membres de l’association et sympathisants, pour renforcer le lien et accroître l’information.
  • Colloque EGPE « La transmission intergénérationnelle » : une dynamique pour mieux vivre ensemble. Ce colloque, organisé en partenariat avec la mairie de Paris, s’est déroulé sur deux jours (les 19 et 20 novembre 2009), et a réuni 27 intervenants et plus de 300 participants.

2010-2011

Création des Ateliers de langage : « Dire ce que je veux dire » dans les écoles maternelles à l’initiative d’Elyette Joubert. Renforcement de la démarche de lien social avec le développement des activités culturelles par Françoise Bousquet et Bernadette Alambret.

Poursuite du travail visant à la mise en place d’un comité de réflexion stratégique et d’un groupe « Institution judiciaire et Grands-Parents ».

2013

Lors du Conseil d’Administration suivant l’A.G., Yves Boutonnat confirme sa démission au conseil. Celui-ci élit Armelle Le Bigot Macaux à la présidence de l’EGPE.

Diplômée en droit, économie et marketing, elle a fondé ABC+ en 1987, une société d’études spécialiste des enfants de 0 à 14 ans et des familles. Les études ainsi réalisées depuis plus de 25 ans lui ont donné une vision experte et un recul unique sur la compréhension des parents et la complexité des relations parents-enfants, ainsi que sur l’évolution du rôle clé des grands-parents dans le « bien grandir », et l’équilibre familial des enfants. Le 19 novembre 2013, au Ministère de la Santé, tenue d’une table ronde, en partenariat avec le Secrétariat d’Etat aux Personnes âgées et à l’autonomie « Grands Parents : La force de la vie » bien vieillir, bien grandir. Michèle Delaunay, Secrétaire d’Etat, a présidé le colloque.

2014

Thème de l’Assemblée Générale du 11 mars 2014 : « La transmission dans la famille »

Démarrage du cycle de formation sur : « Qui sont les enfants de 0 à 15 ans aujourd’hui ?» par la psychologue Virginie Dumont.

2015

L’année a été dominée par l’organisation du colloque au Sénat sur « Le Renouveau des Grands Parents » pour commémorer les 20 Ans de l’EGPE. Annulé le 10 janvier du fait de l’actualité et reprogrammé le 6 juin 2015.

2016

  • Edition du livre « Chez PapiMamie », un cahier d’activités créatives et ludiques entre petits-enfants et grands-parents.
  • Création d’un « grand prix de la lecture ».

2017

  • Lors de l’A.G. la présidente actuelle annonce qu’elle désire passer le relais de la présidence.
  • Les ateliers culturels de l’EGPE se développent, notamment le Café Actualités animé par Jane Desnos.
  • La nouveauté consiste en l’étude du projet « Babalia » qui consiste à soutenir des jeunes mamans, pendant leurs derniers mois de grossesse mais surtout au sortir de la maternité avec leur tout premier bébé, grâce à la présence de grands-mères de cœur ayant suivi une formation spécifique.
  • L’année se conclue avec l’organisation par Régine Florin, nouvelle bénévole, du colloque européen du 25 novembre 2017 « QUELS GRANDS-PARENTS, POUR QUELLE SOCIETE ? »

2018

Entrée en fonctionnement du projet Babalia avec le soutien de la C.A.F de Paris et de la Fondation Monoprix. La présidente de l’association des sages-femmes libérales de Paris va mettre l’EGPE et ses Babalias en relation avec les premières mamans ayant besoin d’un accompagnement. Huit missions vont être conduites après de jeunes mamans

2019

30 novembre 2019: colloque de l’EGPE autour des ateliers de langage « Le langage, quels enjeux pour l’École et les familles ?

2020

L’année 2020, frappée par l’épidémie du Coronavirus, a vu les activités en présentiel de l’EGPE complètement supprimées. La ligne d’écoute « allo grands-parents » a continué à fonctionner grâce à l’implication de l’équipe des bénévoles investies dans l’Accueil/Ecoute/Médiation.

En revanche, l’EGPE a été très présente sur tous les médias, presse et audio-visuel. En effet, l’EGPE s’est exprimée sur les liens de solidarité intergénérationnelle qui unissent grands-parents, enfants et petits-enfants, s’affirmant ainsi contre les tendances de fracture générationnelle avancées par quelques médias. En publiant notamment ce manifeste, qui a recueilli plus de 14 000 signatures en ligne, en écrivant au président de la République, au premier ministre, l’EGPE a fait entendre la voix des 16 millions de grands-parents français.

2021

Le manifeste de l’EGPE :

 » Ensemble, grands-parents, enfants, petits-enfants « 

Nous affirmons que, plus que jamais, les enfants et petits-enfants ont à cœur de protéger leurs parents, grands-parents afin de ne pas mettre leur vie en danger. C’est au sein des familles que les gestes-barrières sont rappelés aux jeunes générations et nous pouvons témoigner de leur extrême vigilance quant à leur application. L’inconscience n’est pas de mise au sein des familles où on a toujours appris à se soucier les uns des autres.

Nous affirmons que nous sommes très inquiets face aux difficultés qu’affrontent nos enfants qui sont la population active de la France : mesures de chômage, pertes d’emploi, soucis financiers … et nous répondons présents pour les aider par de multiples actes quotidiens, à la mesure de nos moyens.

Plus que jamais les grands-parents sont extrêmement soucieux de l’avenir incertain qui attend leurs petits-enfants en fin d’étude et nombreux sont les grands-parents à leur apporter appui financier et psychologique. N’oublions pas que, souvent ces mêmes grands-parents ont la charge de leurs propres parents vieillissants. Face aux différentes peurs alimentées par l’actualité, les générations ont besoin de s’unir dans une solidarité intergénérationnelle, repère indispensable pour affronter les incertitudes.

Nous sommes 16 millions de grands-parents, soit la moitié des Français de plus de 56 ans, citoyens responsables, incarnant la solidarité intergénérationnelle au quotidien. Une enquête de mai 2020 de l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales) portant sur 17 000 familles fait ressortir que 3/4 des parents bénéficient de services de la part des grands-parents -en exemple les 23 millions d’heures de garde hebdomadaire de nos petits-enfants- et que 50 % des parents interrogés reçoivent une aide financière des grands-parents. L’INSEE, en 2018, chiffrait cette aide à 13 milliards d’euros.

Nous affirmons donc que la guerre des générations n’existe pas au sein des familles et demandons que cessent ces insinuations d’une « fracture générationnelle » face à la crise sanitaire. Monter les générations les unes contre les autres est stérile, contre-productif voire dangereux au moment où notre nation a besoin de l’effort conjugué de tous.

Nous savons nos enfants et petits-enfants solides à nos côtés, eux qui portent l’espoir d’un avenir meilleur à construire. Nous n’ignorons pas non plus les 2 600 milliards de la dette qui assombrit leur avenir.

Nous réaffirmons que c’est ensemble, petits-enfants, enfants, grands-parents, unis et soudés par la confiance réciproque, que nous inventerons les moyens de dépasser ces temps de crise au-delà de toute peur.

Et nous affirmons que la phrase individualiste « prenez soin de vous » qu’on nous rabâche gagnerait beaucoup à être remplacée par « prenons soin les uns des autres » ce à quoi nous, petits-enfants, enfants, grands-parents, nous nous employons activement.