• Les actions de solidarité intergénérationnelle : « Tricotez-cœur »

Monica BURCKHARDT, responsable de l’activité Tricotez-Cœur

Tricotez Cœur est une initiative intergénérationnelle initiée il y a 15 ans par l’École des Grands-Parents Européens (E.G.P.E.) pour venir en aide à des centaines de jeunes mères en difficulté.

Une équipe d’une vingtaine de bénévoles actives déballe, trie et livre les tricots. Chaque année, grâce à 7 500 tricoteuses bénévoles et par l’intermédiaire des maternités et des assistantes sociales, plus de 50 000 pièces de layette sont ainsi offertes aux jeunes mères qui sont dans la précarité. En Ile de France, nous sommes aussi partenaires d‘une soixantaine d’associations qui nous sollicitent pour des besoins urgents : les relais–bébés des Restos du Cœur, Paris T’Petits, l’Aide aux Mères de Famille, la CAFDA, Emmaüs, les P.M.I. de Paris et la banlieue, des maisons “Mère et Enfant”

Tricotez-cœur a des antennes à Aix -en -Provence, Bordeaux, Colmar, La Rochelle, Lille, Pau, Lyon, Rouen, Toulouse et Versailles. Nous sommes présents tous les ans au Salon Aiguilles en Fête.

Les mamans disent merci

« Merci pour tout ce qui vient de vos mains et qui réchauffe nos bébés, on vous considère comme la grand-mère que notre enfant n’a pas ». « Je n’avais jamais reçu un cadeau de ma vie, cette jolie layette me fait tellement plaisir. »

Les tricoteuses témoignent

« Le temps passé avec ce tricotage bienvenu a redonné un sens à ma vie, à chaque point, ma pensée va vers ces mamans et leurs bébés et me donne le courage de continuer malgré mes handicaps physiques. »

« En tricotant j’ai la joie de penser que l’hiver prochain un enfant aura chaud grâce à mon travail. »

Pour nous rejoindre:: https://tricotezcoeur.com/

Les actions de solidarité intergénérationnelle : « les Babalias »

Vous êtes sur le point de mettre au monde votre premier bébé ? C’est une immense joie mais aussi beaucoup d’interrogations et de doutes autour de cet événement. Vous vous sentez démunie, un peu seule, votre famille (à part votre conjoint), est éloignée, Vous ressentez le besoin à vos côtés d’une personne de confiance, bienveillante et expérimentée, pour vous accompagner dans cette grande aventure. Le projet des Babalias est fait pour vous. Il consiste tout simplement à mettre en relation une future mère et une grand-mère bénévole. Cette dernière s’engage à vous soutenir pleinement et sans conditions jusqu’à votre accouchement et durant les premières semaines de vie de votre enfant. Les missions déjà effectuées ont toutes été de vraies réussites. Pour en savoir plus : http://www.les-babalias.org/

Lisez le témoignage d’Anna, maman de Vanessa

« Lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant, j’ai connu le projet Babalia grâce à un prospectus disponible dans la salle d’attente de ma maternité. Je me retrouvais dans la description. La première prise de contact avec l’association de l’École des Grands-Parents Européens s’est faite par téléphone. Quelques jours après mon appel, j’ai rencontré Sophie, la directrice du programme Babalias, chez nous à la maison. Elle m’a présenté les activités de l’association et le but du programme. Je lui ai décrit ma situation familiale. Les échanges avec Sophie ont été très sympathiques dès le début.

Même si j’ai un conjoint avec qui je suis heureuse, je me sentais un peu seule, car je suis en froid avec ma propre famille à l’étranger, et ma belle-famille habite à l’autre bout de la France. J’éprouvais un besoin d’être soutenue par une personne bienveillante, disponible et humaine, une femme qui, dans l’idéal, serait familiarisée avec les sujets grossesse, accouchement, etc.

Peu après notre rencontre, Sophie m’a appelée pour me présenter Violette, maman de deux grands enfants et ancienne infirmière, ma future Babalia. J’ai été ravie. Notre première rencontre a été très chaleureuse et naturelle. J’ai eu beaucoup de chance avec Violette.

Notre fille est née en pleine phase de confinement. Déjà pendant la grossesse, mais surtout dès les premières heures à la maternité, je pouvais contacter ma Babalia à tout moment. Je pouvais partager mes craintes avec elle et lui poser toutes les questions qui me passaient par la tête. Cela a été si précieux et rassurant pour moi !

Le contexte sanitaire imposait beaucoup de contraintes. Nous étions parmi les premiers couples ayant été séparés directement après l’accouchement. Ni le papa ni aucune visite n’était autorisés par la maternité jusqu’au jour de ma sortie. Cela a été dur. J’étais épuisée en rentrant à la maison. C’est aussi à ce moment-là que j’ai pu compter sur l’aide et le soutien de Violette. Toute jeune maman le sait, les premières semaines avec un nouveau-né sont très exigeantes. Ne pouvant pas recevoir Violette à la maison, nous échangions par téléphone et visioconférence. Elle m’a rassurée et partagé ses propres expériences avec moi.

Je ne peux que répéter que la présence de Violette et Sophie dans mon entourage m’a énormément aidée et j’ai vécu la naissance de notre fille sereinement et avec beaucoup d’amour. Je me sentais soutenue et bien entourée. Je remercie l’association École des Grands-Parents Européens d’avoir créé le projet « les Babalias », et en particulier Violette et Sophie pour leur présence chaleureuse et humaine ».