TEMOIGNAGE RECUEILLI APRES UNE MEDIATION

 

 

"Au décès de notre mère à 92 ans rien n'avait été décidé pour nos partages; nous étions 7 frères et sœurs, aux modes de vie radicalement différents et prêts à nous brouiller pour une "petite cuillère" !  A couvert les noms d'oiseaux volaient à propos de notre frère aîné imbus de sa position, de certaines pièces rapportées jugées très "intéressées", ou de notre dernière sœur qui avait été très  "aidée" lors de son divorce . Nous avons accepté le principe d'une médiation même si cela nous faisait peur. La médiation nous a permis de nous réunir tous ensemble et de mettre fin aux petites coalitions. Nous avons pu entendre et comprendre avec respect les positions de chacun. Cela nous a permis de démêler la part d'affectif et de besoin de reconnaissance dans nos revendications et d'évoluer. Nous avons défini nos propres règles pour cette succession et même surévaluer certains biens en fonction de leur valeur sentimentale.  Pour moi, cela m'a permis de faire le deuil de notre maison de famille et de me projeter sans rancœur dans l'avenir."

 

                                                                       ***********

Exemples de situations de médiation traitées à l'EGPE

 

Au décès de sa fille, cette grand-mère s'est beaucoup investie auprès de ses 2 petits enfants : une fille de 13 ans et un garçon de 9 ans. Elle leur a apporté à la fois une aide matérielle et un soutien affectif, bien qu'elle-même aît été très affectée par ce deuil. Les relations avec son gendre étaient alors correctes quoique tendues.

Deux annéesplus tard, le père des deux enfants contracte une nouvelle union conjugale. Les enfants  acceptent très rapidement la présence de leur belle-mère. Cette situation a pour effet l'éloignement progressif des enfants vis à vis de leur grand-mère, sans qu'il y ait d'évènement déclenchant pouvant l'expliquer .

Le Juge aux Affaires Familiales, saisi par la grand-mère, ordonne une médiation entre grand-mère maternelle  et  père des enfants.

Les rencontres de médiation, toujours empreintes d'émotion, sont centrées sur le bien-être et les besoins des enfants. Les rancoeurs et les malentendus sont dépassés avec l'aide du médiateur qui libère la parole et engage au respect.

A l'issue de 3 entretiens, un protocole d'accord est signé par les 2 parties afin d'être remis  au Juge des Affaires Familiales pour homologation. Il comporte l'organisation pratique des rencontres entre la grand-mère et ses 2 petits enfants dans un engagement réciproque père- grand-mère.

Cette médiation va permettre aux 2 enfants de vivre sereinement leur vie familiale tout en maintenant des liens affectueux et réguliers avec leur grand-mère.

 

 

                                                            ***********

 

 

Un couple de grands parents habitant en province estiment qu 'ils ne voient pas assez souvent leurs petites filles ,filles de leur fille unique.Ils disent qu 'ils les ont hébergées 4  WE sur les 52 WE de l'année.De plus ils souhaiteraient les emmener en vacances.

Les parents travaillent , se séparer de leur filles de 8 et 5 ans du vendredi soir au dimanche soir et envisager des vacances chez lez grands parents maternels leur semblent trop demander , surtout qu' il faut partager avec les grands parents paternels divorcés et habitant dans des régions différentes .

Si les parents  accèdent à la demande de chacun,tout cumulé cela représente pour leurs filles beaucoup de temps sans être avec leurs parents.

A cela s' ajoute des divergences sur l' éducation religieuse .

Après deux séances de médiation, les parents et grands parents maternels envisagent la mise au point d'un calendrier de sorties plus courtes et plus fréquentes. Les grands parents venant souvent à Paris, ils  choisiront des activités d' une après midi ou d' une journée.  Le temps passé avec les petits enfants n' est pas l' essentiel c' est plus ce que chacun fait de ce temps et le souvenir partagé qui permet de tisser des liens.

 

 

                                                            ************