En cas de conflits avec ses enfants ou d'autres membres de sa famille, de privation ou contacts trop rares avec ses petits-enfants, de souci sur : "la vie à la retraite", "l'usure du couple", la dépendance, la maladie, la solitude   ou autre,

Ne restez pas isolé(s) !
Les psychologues de l'EGPE sont là pour vous aider.


Due à une rupture ou une séparation avec les enfants, la plainte, lorsqu'elle est entendue, peut permettre une prise de distance suffisante pour commencer à élaborer une nouvelle attitude.

Les psychologues bénévoles de l'EGPE répondent à de nombreuses demandes d'entretiens de la part de grands-parents qui viennent parfois en couple, le plus souvent isolément.
 
Témoignage de Nancy de la Perrière psychologue à l'EGPE : «Les difficultés sont pratiquement toujours motivées par des conflits entre générations. Beaucoup se plaignent de ne pas avoir accès facilement à leurs petits-enfants. Les raisons du conflit ne sont pas toujours évidentes. Cela peut remonter à des années...

Les entretiens réussis apaisent le sentiment de culpabilité ou permettent de tempérer l'accusation permanente de l'autre, assortie de la tentative obsessionnelle d'auto-justification.»

Le divorce peut aussi avoir été mal vécu par les enfants et le malaise perdure. « J'ai divorcé, je l'ai élevée toute seule, non sans difficultés, et maintenant c'est son père qu'elle voit et à qui elle amène ses enfants ».

Certains se plaignent de ne jamais avoir l'occasion de rencontrer leurs petits-enfants seuls, sans tiers. D'autres, même, ne les voient plus du tout.
« Il peut y avoir beaucoup de douleur et parfois beaucoup de colère », souligne Nancy de La Perrière.
« Certains se sentent ainsi « interdits » de petits-enfants », confirme Marie-Claire Chain, également psychologue bénévole à l'EGPE.

Face aux questions lancinantes des grands-parents, il s'agit de :

- Sortir du cycle de l'accusation-justification, de l'obsession, de la revendication ;
- Démêler le nœud de ses souffrances ;
- Favoriser toute forme de mieux être ;
- S'ouvrir à l'écoute de soi et des autres, prendre conscience de ses désirs et richesses intérieures trop souvent étouffés …

Il ne s'agit pas d'une thérapie mais d'un moment destiné à appréhender plus clairement une situation particulière. Le "problème" n'est pas résolu, mais il devient moins insupportable à vivre, parce qu'il ne prend plus toute la place.